Association (loi 1901 à but non lucratif) de parents/ professionnels à destination des enfants, adolescents et jeunes adultes avec autisme ou un Trouble du Développement âgés de 2 ans 1/2 à 20 ans résidant en Gironde plus particulièrement sur le secteur Rive Droite.

vendredi 28 juin 2013

La mise en place du PECS

Les progrès en communication : de 2011 à aujourd'hui
Nous avons débuté le P.E.C.S. avec Camille il y a juste deux ans.
L'utilisation du premier pictogramme a été initiée au cabinet de la psychologue A.B.A. avec le pictogramme des toilettes en mars 2011, pour exprimer un besoin primaire; puis nous avons introduit progressivement à domicile  une mini-pochette portative contenant une quinzaine de pictogrammes sur des demandes courantes, des personnes et des lieux. Les photos et images sélectionnées constituaient en quelque sorte le fil de la journée. Camille la portait à sa taille lors de tous ses déplacements en l'utilisant dans les différents lieux de vie. 

Je la recommande vivement pour débuter car l'enfant, l'adolescent ou l'adulte ne se noie pas dans une quantité de pictogrammes dont il ne perçoit pas le sens et a à disposition un nombre réduit de pictogrammes et/ou photographies qui lui permettent de poser les prémices à une communication efficiente et fonctionnelle.  
Toutefois, malgré un usage adapté à domicile, des persévérations ont émergé dans certains lieux d'accueil de sorte que la généralisation du PECS s'en est trouvée réduite. Par exemple, à l'école, Camille ne se focalisait que sur ma photo, celle de son frère ou du chauffeur de taxi pour signifier qu'elle attendait la personne qui allait venir la chercher.
Parallèlement, l'élaboration d'un emploi du temps visuel et de différents supports de jeu et de travail ont familiarisé Camille à l'usage des pictogrammes.
L'été dernier, un classeur de format A4 a inauguré le début des grandes vacances. Celui-ci regroupait un panel de pictogrammes (personnes, verbes d'action, complément, lieux...). La complexité du classeur et la surcharge d'informations ne permettait pas à Camille de s'y repérer, de sorte qu'à la fin de l'été, nous avons redéfini les objectifs et repris avec les professionnels formés au P.E.C.S. les phases initiales du P.E.C.S. Ces phases ont été travaillées avec l'éducatrice spécialisée à domicile et en situation de travail puis nous les avons reprises au quotidien, en créant et aménageant des situations de communication pour généraliser et diversifier les interactions.
Un premier classeur a été crée sur le quotidien puis un deuxième sur l'un de ses centres d'intérêt privilégié : les poupées
Cela a déclenché un véritable engouement chez Camille qui s'est appropriée ces deux classeurs en l'espace de trois mois à peine, avec un vocabulaire de plus en plus important et abstrait. 
Le classeur de la vie quotidienne : chacun des classeurs a été organisé de la manière suivante : dès l'ouverture du classeur, la bande-phrase disponible avec le pictogramme "Je veux" avec une mise à disposition des pictogrammes utiles au quotidien : "fini", "aide-moi", "toilettes", "attendre", "travail autonome", "travail". Les pages suivantes sont constituées des pictogrammes introduisant le sujet "Qui?", les verbes d'actions, les objets "Quoi?", les lieux "Où?" puis les prépositions et adjectifs avec, petit, grand...
Le classeur des poupées : pour rendre ce classeur attractif et développer les demandes, chacune des poupées a été photographiée et nommée. 

L'une des activités favorites de Camille étant l'habillage et le déshabillage des poupées, j'ai ajouté plusieurs pages à son classeur de communication pour l'inciter à préciser ses demandes, faire des choix et des commentaires : vêtements et accessoires, coiffures, parties du corps pour panser les poupées, prépositions.
Après six mois d'intervention, Camille utilise maintenant six classeurs distincts facilement maniables et transportables. Ils sont présentés à la fin de ce billet.
C'est une grande joie de la voir communiquer journalièrement avec en multipliant les demandes, allonger ses phrases, y ajouter les prépositions, faire des commentaires et réinvestir des pictogrammes en fonction d'une situation donnée. Le projet de communication augmentative se trouvait en tête de liste pour cette année, avec une volonté d'accessibiliser la communication, d'accompagner Camille dans son développement, de structurer le langage et faciliter l'accès à la lecture et à l'écrit. 


Innover dans une démarche individualisée
A la lecture de l'ouvrage Communiquer autrement. Accompagner les personnes avec des troubles de la parole et du langage. Les communications alternatives et comme fil conducteur, j'ai retenu : " Plutôt que de proposer du vocabulaire, il faut viser à proposer de la communication!". Compte-tenu des difficultés préalablement repérées dans la mise en place du P.E.C.S et sur les conseils des professionnels accompagnant Camille, le choix a été fait de lui concevoir différents classeurs de communication regroupant chacun une thématique et un besoin particuliersAprès une première utilisation performante de son classeur journalier (vie quotidienne) et au regard de la multiplication et de la qualité des demandes réalisées, 5 classeurs de communication ont suivi : le classeur des poupéesle classeur d'activités autonomes, le classeur des repas, le classeur des sorties, le classeur de travail en situation de bureau.
Le classeur de travail autonome lui permet de choisir trois activités et de les réaliser en autonomie avec une réglette créée à cet effet.

Le classeur des sorties est utilisé exclusivement pour les demandes réalisées en extérieur chez les commerçants, pour aller chercher le courrier ou un colis, pour les loisirs  : boulangerie, commerces d'alimentation, boîte aux lettres, La Poste, association de loisirs avec les différents ateliers et personnes...



Le classeur des repas accompagne les repas: il permet de sélectionner le menu, d'insérer des temps d'attente avec une réglette entre chaque plat et présente à Camille des fiches représentant le nombre de personnes pour l'aider à mettre la table en comptant le nombre de couverts.

Le classeur de travail est, quant à lui, utilisé en face à face pour soutenir des consignes, compter, formuler des demandes de matériel, pointer les couleurs, travailler sur les émotions.
Pour en savoir plus sur le PECS, quelques liens : PECS France et Description des six phases du PECS.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire